JJ & Will sur la route...


Voilà. C’est arrivé. Je vole vers New York. C’est vrai. Le haut-parleur a appelé : "les voyageurs pour New York..." et la voix avait l’accent familier de toutes les voix qu’on entend à travers les haut-parleurs, sur les quais des gares. Paris-Marseille, Paris-Londres, Paris-New York. Ce n’est qu’un voyage, un passage d’un lieu à un autre. C’est ce que disait la voix ; c’est ce que prétend le visage blasé du steward.
(...)
Les éléments sont vaincus, les distances abolies ; mais New York s’est évanouie. Pour la rejoindre il faut s’engager dans l’étroit tunnel de la vie terrestre. Des papiers passent de mains en mains ; un médecin examine distraitement nos dents comme si nous étions des chevaux à vendre. On nous conduit à travers une salle surchauffée et nous attendons. (...) On m’appelle ; un fonctionnaire examine mon beau visa de papier dur décoré de sceaux rouges comme un charte moyenâgeuse. (...) Il me réclame huit dollars. (...) Je suis libre et de l’autre côté de la porte New York attend.

L’Amérique au Jour le Jour
Simone de Beauvoir - 1948