JJ & Will sur la route...


Les interminables rues des villes américaines parcourent sur leur longueur d’étranges degrés et vicissitudes de splendeur et de dénuement, passant sans changer de nom entre des entrepôts monumentaux, des repaires et tavernes de brigands, des pavillons agrémentés de massifs et de pelouse. A San Francisco, un relief très accidenté et l’omniprésence de la mer accusent fortement ces contrastes. La rue vers laquelle nous nous dirigeons présentement prenait naissance quelque part en vue du cimetière de Lone Mountain sur des sables apportés par le vent, traversait un temps cet Olympe plutôt venteux de Nob Hill, à moins qu’elle n’en longeât seulement les abords, puis elle abordait presque sans transition une succession de maisonnettes peintes de couleurs criardes et qui offraient à l’oeil de l’observateur ce détail parlant que les grades plaques de cuivre apposées sur leurs petites portes si vivement colorées n’étaient gravées que d’un prénom féminin (...)

Le Trafiquant d’épaves (The Wrecker)
Robert Louis Stevenson - 1892